Coronavirus : des bornes-distributeurs de gel hydroalcoolique financés par la publicité - HydroCool
15691
post-template-default,single,single-post,postid-15691,single-format-standard,theme-bridge,bridge-core-2.2.1,woocommerce-no-js,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-title-hidden,columns-4,qode-theme-ver-20.8,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-6.1,vc_responsive,elementor-default,elementor-kit-26
borne gel hydroalcoolique

Coronavirus : des bornes-distributeurs de gel hydroalcoolique financés par la publicité

Nicolas Sclippa est originaire de Tignes, en Savoie. Commercial de formation, il a mis au point, avec son bureau d’étude, deux types de bornes distributeur de gel hydroalcoolique sans contact. Leur coût sera financé par la publicité.

Nicolas Sclippa est originaire de Tignes, en Savoie. Commercial de formation, il a d’abord créé, il y a 4 ans, la société “Comptoir de bambou”, qui fournit du linge en fibre de bambou pour l’hôtellerie.

Dans la prolongation de cet esprit “nature”, les directeurs d’hôtels lui demandent alors de réfléchir à l’installation de borne de gel rafraîchissant à l’entrée de leurs établissements. Avec son associée, Maud Lalo, Nicolas Sclippa invente la borne distributeur de gel hydroalcoolique. Ils créent la société HydroCool, basée à Boulogne-Billancourt et installent les premières bornes en septembre 2019.
 


Avec son bureau d’étude, Nicolas Sclippa a mis au point deux types de bornes distributeur sans contact : l’hydroslim, petite, discrète, avec une capacité de 1 à 2 litres de gel hydroalcoolique, et l’hydrosmart, plus imposante, qui peut être équipée de réservoirs de 5 à 10 litres de g

Elles sont fabriquées en France et fournie avec le gel hydroalcoolique : “aujourd’hui, tout le monde veut ce type de bornes : stations services, banques, Villes… etc” constate Nicolas Sclippa.

Cependant, s’il semble évident que ces bornes vont devenir omniprésentes dans notre quotidien, qui va payer la facture ? Les petits entrepreneurs, commerçants, restaurateurs déjà durement touchés par la crise sanitaire ?  “J’ai eu l’idée de faire aussi de ces bornes, un outil qui pourrait être sponsorisé pour générer des revenus publicitaires. La borne devient alors un totem pour les marques… et un coup de pouce financier pour l’entreprise ou le commerce dans lequel la borne est installée“.

Equipées de panneau aimanté, ces bornes peuvent promouvoir une marque mais également rassurer les visiteurs et communiquer sur l’actualité de l’entreprise.

Qu’il s’agisse du linge ou des bornes, dans nos créations, nous avons toujours voulu apporter une valeur ajoutée au produit. Demain, ces bornes pourront aussi devenir distributeur de gants, de masques… “.

Avant la pandémie, la société HydroCool vendait 10 à 20 bornes par mois. Aujourd’hui, ce sont près de 2000 bornes qui sont installées chaque mois, dans des commerces, des entreprises, des villes, en France mais aussi en Angleterre, Espagne, Suisse et Italie.

Retrouvez l’article sur France 3 Rhone Alpes

No Comments

Post A Comment