"La relance éco" : un Tignard crée des distributeurs automatiques de gel hydroalcoolique - HydroCool
15607
post-template-default,single,single-post,postid-15607,single-format-standard,theme-bridge,bridge-core-2.2.1,woocommerce-no-js,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-title-hidden,columns-4,qode-theme-ver-20.8,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-6.1,vc_responsive,elementor-default,elementor-kit-26
distributeur 5l gel hydro

“La relance éco” : un Tignard crée des distributeurs automatiques de gel hydroalcoolique

Avec son associé, dans leur bureau d’étude à Paris, Nicolas Sclippa a créé l’an dernier une borne de distribution de gel hydroalcoolique automatisée. Depuis la crise sanitaire, il en sort près de 2.000 par semaine des lignes de production.

Nicolas Sclippa est originaire de Tignes en Savoie. Lorsqu’il crée il y a moins d’un an avec son associé la société Hydrocool, et qu’ils mettent au point une borne intelligente qui distribue du gel hydroalcoolique, la crise du coronavirus est encore loin. 

Ces derniers mois, la chaîne de production s’est accélérée (les bornes sont fabriquées en Bourgogne), sans surprise. La demande a explosé. “Au lancement de la société, on tournait à 10, 20 bornes de gel hydroalcoolique par mois. La crise a accéléré considérablement notre activité. Aujourd’hui on est à 2.000 par semaine”. Mais Nicolas Sclippa garde la tête froide : “on n’est pas dupe, d’ici juin – juillet, l’activité va reprendre une cadence normale”. Le distributeur Leclerc est actuellement entrain d’en installer dans ses stations services, dans tout le pays.

Un distributeur automatique, à acheter ou à louer

Le postulat de départ de la société : la reprise économique va avoir lieu en sécurisant l’atmosphère dans tous les lieux à forte fréquentation et les lieux publics. La borne mise au point distribue du gel hydroalcoolique, mais aussi des masques, des gants et peut même intégrer une poubelle. Pour plus de sécurité et d’hygiène, pas besoin de toucher la borne ou un bouton, on passe la main dessous, le gel coule. En ce qui concerne les masques et les gants, le distributeur les propose prêts à être retirés.

“On est convaincu que ces dispositifs sont dans les entreprises et les commerces pour durer” poursuit Nicolas Sclippa. Donc il mise sur la pérennité de leur installation : “on les propose sous forme d’abonnement, de location sur 12 ou 24 mois. On le propose aussi à l’achat, ça part à partir de 300 ou 400 euros” précise-t-il.

De la publicité pour permettre aux petits commerces de ne pas les payer

Pour le moment, ces bornes restent payantes. Mais l’objectif est de donner la possibilité aux petits commerçants de ne pas les payer, en les faisant sponsoriser par une plus grosse entreprise, qui y apposerait une publicité. “Prenons l’exemple des bars et des restaurants” développe Nicolas Sclippa, “on pourrait imaginer que notre borne intelligente soit postée à l’entrée,  et soit sponsorisée par Deliveroo”.

Consulter l’article sur France Bleu

No Comments

Post A Comment